Alerte mail
Souscrire

EUR

Joy de Rohan Chabot Decoration Exposition

La fée de la décoration

Joy de Rohan Chabot

Ses créations inspirées par la nature apportent de la poésie à un intérieur. Pièces uniques, elles séduisent aussi les collectionneurs. Ce qu’a bien compris Aline Chastel qui l’expose dans sa galerie. Par Eric Jansen

D’habitude chez Aline Chastel, les meubles sont signés Jean Royère, Serge Roche, Jean-Charles Moreux. La création contemporaine n’est pas représentée dans la galerie, à l’exception de celle de Marianna Kennedy. Mais un coup de foudre a brusquement bouleversé les choses. « J’ai été charmée par l’univers onirique de Joy », explique-t-elle. Rien d’étonnant à cela : Joy de Rohan Chabot est une fée. Elle en a la gentillesse, la délicatesse, et surtout elle possède une baguette magique capable d’embellir le quotidien. À ses côtés, la vie est légère, harmonieuse et gaie. La nature est son univers, et comme une fée, elle semble sortir d’une forêt, d’ailleurs son atelier en Auvergne est entouré d’arbres. Elle y façonne des chaises Pensée, des lanternes Hibou, des miroirs Lézards, des tabourets Elfe, autant de créations originales, autant d’évocations d'une nature réinventée, joyeuse et poétique. Certains se souviennent des 150 papillons qui avaient envahi la façade et la cour d’honneur du château d’Haroué lors d’une exposition en 2014. Tous réalisés par la main de l'artiste. Car la magie a ses limites : derrière chaque pièce il y a un travail long et minutieux. Joy découpe elle-même le métal, peint la tôle, taille le bois, polit le verre. « Je suis artiste, pas designer. Et je fais des sculptures, pas des meubles », précise-t-elle dans un sourire. Une particularité qui se transforme parfois en esclavage car la demande ne cesse d’augmenter. « Il faudrait que j’arrive à déléguer, mais j’ai beaucoup de mal. »

La rançon d’un succès qui n’a fait que croitre depuis cette exposition de 1990 à Bagatelle où le grand public découvrait son travail. Entrée dès l’âge de dix-sept ans dans une école d’art, Joy avait commencé par peindre des tableaux de façon traditionnelle, puis était partie en Chine apprendre la technique de la laque, « pour faire des paravents dans le goût de Dunand », avant d’être embauchée par Régine pour décorer ses boites de nuit ! S’en suivront des commandes au Texas, au Japon, et la réalisation de premiers objets pour Lanvin. Les 100.000 visiteurs de l’orangerie de Bagatelle lui apportent la notoriété. Doris Brynner qui s’occupe du département maison chez Dior lui achète un jour un saladier, puis lui fait faire des services de table, de grands photophores Papillons. « Une relation de plus de vingt ans. » Et qui n’est pas prête de s’arrêter car Cordelia de Castellane, qui a succédé à Doris, a intensifié les commandes : miroirs Milly-la-forêt, vases Muguet, Joy enchaine les coups de pinceau, et deux fois par an, livre un service de 24 couverts, vendu comme une œuvre d’art. « Le dernier s’appelait Le Jardin de Monsieur Dior. » Inutile de dire que cet été, la fée n’a pas chômé car elle a aussi dû réaliser la quinzaine de pièces promises à Aline Chastel. Guéridons en forme de tronc d’arbre, paire de candélabres à décor de feuilles, vase orné de serpents, l’exposition s’intitule L’Attrape-rêve… « Parce que chaque objet est une invitation à aller voir derrière le miroir. » Joy au pays des merveilles.

Galerie Chastel-Maréchal

5 rue Bonaparte 75006 Paris

01 40 46 82 61

www.chastel-marechal.com

Retour

Nos dernières actualités